Accueil | Conseils d'experts | La flore intime
Retour aux articles

La flore intime

Publié par Dr. Anne De Kevasdoué le 0000-00-00

Comment la respecter ?

Toute femme devrait savoir que sa meilleure défense contre les infections génitales reste sa propre flore vaginale car celle-ci forme une barrière protectrice naturelle contre les agressions extérieures.

Aussi doit elle apprendre à la préserver et, en cas d’infection, à la restaurer.

Le vagin n’est pas une cavité stérile. Près d’un milliard de microbes différents cohabitent harmonieusement à l’état normal. On y trouve en grande quantité de « bonnes » bactéries, des lactobacilles comme le bacille de Döderlein, qui assurent sa défense en maintenant un pH acide autour de 4 ; mais aussi, en faible quantité, des « mauvaises » bactéries, peu agressives en faible nombre mais capables de devenir pathogènes.

En effet, cet équilibre subtil entre tous ces germes est fragile. A la moindre agression locale, les « mauvaises » bactéries prolifèrent et peuvent engendrer des infections.

Que se passe-t-il en cas de déséquilibre de la flore ?

Ces germes minoritaires vont se développer et gagner du terrain, à l’origine :

- de mycoses s’il s’agit du champignon Candida Albicans.
- de vaginoses à Gardnerella qui donnent des odeurs de poisson avarié.
- d’infection à mycoplasmes ou autres.

Ces infections ne sont pas dangereuses (sauf pendant la grossesse pour certaines) mais elles favorisent la survenue d’autres germes plus agressifs comme le chlamydia ou le gonocoque par exemple.

Le vagin opposera moins de défense et l’infection se propagera plus vite.

Que faire pour respecter la flore intime ?

- Proscrire tout ce qui peut la détruire : antiseptiques, produits locaux chimiques abrasifs, hygiène insuffisante ou trop intense
- Renforcer la protection en cas de prise de certains médicaments comme les antibiotiques ou les corticoïdes
- Lutter contre la sècheresse des muqueuses occasionnée le plus souvent par la carence en estrogènes
- Se protéger contre les risques de contamination extérieure : MST
- Eviter la macération locale : humidité, chaleur, frottements
- Utiliser pour la muqueuse vulvaire un bon produit lavant doux au moins une fois par jour. Il doit laver, protéger le film lipidique pour éviter tout dessèchement, avoir un pH physiologique entre 5 et 7, ni trop acide, ni trop alcalin, dépourvu de colorant ou produit allergisant.

Une flore vaginale équilibrée facilite la bonne santé sexuelle.

Votre commentaire
Merci !
Votre commentaire est en cours de modération.
Utilisation des cookies
En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez l'utilisation de cookies afin de nous permettre d'améliorer votre expérience utilisateur.
En savoir plus et paramétrer les cookies.